STUDIO ASAÏ

ANTOINE SIMONIN A FONDÉ LE STUDIO ASAÏ EN 2014, APRÈS AVOIR FAIT SES PREMIÈRES ARMES CHEZ ANDRÉE PUTMAN PUIS CHEZ JEAN-FRANÇOIS BODIN. CETTE LONGUE EXPÉRIENCE DANS L’ARCHITECTURE LUI PERMET D’ASSUMER AUJOURD’HUI LE RÉSIDENTIEL ET L’HÔTELLERIE AVEC LE MÊME GOÛT DU CHALLENGE.

À chaque nouveau projet son esthétique propre, fidèle à ceux qui l'animent. Tel un portraitiste, Antoine Simonin préfère reprendre leurs notes pour en faire leur musique plutôt que d’imposer une esthétique à sens unique. Une approche plus humaniste et instinctive qui laisse néanmoins en filigrane une signature cohérente, où les évocations raffinées se mélangent au goût pour la matière brute. De l’Arts & Crafts au wabi-sabi, en passant par l’art primitif ou Adolf Loos, les références de son imaginaire partagent une certaine radicalité que l’architecte aime traduire en valorisant les veines du marbre, la patine du bois bien choisi ou la ligne parfaite d’une chaise. La décoration à son essentiel, dans le respect de son contexte originel.

Ainsi, l’appartement fraichement livré avenue Henri-Martin valorise les codes classiques haussmanniens, tandis que la nature brute de la terre et du béton sont mis en avant dans l’architecture d’un lodge en Afrique du Sud, prévu en 2020. Pour l’aménagement d’un moulin sur les collines portugaises de Sintra, Antoine Simonin a en revanche choisi de disposer son plan en éventail, là où un chalet actuellement en cours de réalisation dans le Valais en Suisse lui inspire un style plus dépouillé. Autant de décors où l’espace se met en scène devant et derrière le rideau, entre pièces publiques et privées, comme une promenade architecturale tout en contrastes.