MARIE-ANNE DERVILLE

DANS CET APPARTEMENT, DONT L’ARCHITECTURE D’INTÉRIEUR A ÉTÉ RÉALISÉE PAR ANDRÉE PUTMAN À LA FIN DES ANNÉES 90, SITUÉ DANS LE MARAIS, AU SEIN DE L’HÔTEL D’HALLWYLL DE CLAUDE-NICOLAS LEDOUX, LA DÉCORATRICE ET DESIGN ADVISOR MARIE-ANNE DERVILLE A INVESTI LES LIEUX.

Portée par ce cadre historique exceptionnel, Marie-Anne Derville a ici oeuvré comme «  ensemblière », en associant des pièces de mobilier de différentes périodes et de styles variés, illustrant son goût pour l’éclectisme : Jacques-Emile Ruhlmann, Jean-Michel Frank, Bob Wilson, Touplas Philolaos, Süe et Mare, Paolo Palluco… Un décor qui recherche l’harmonie dans les contrastes et joue sur la subtilité d’un dialogue entre les formes, les matériaux et la temporalité. L’art Déco se mêle ainsi aux années 80, et s’intègre dans cet écrin radical Putmanien, lui-même niché dans le pur classicisme XVIIIème. La décoratrice, héritant son goût pour l’éclectisme de ses mentors, Jacques Grange, et Pierre Yovanovitch (pour qui elle a travaillé durant 7 ans), dévoile au travers de cet intérieur son propre style et son amour pour l’histoire des arts décoratifs français, italien, suédois, américain.

De part son énergie étrange, cet intérieur vivant et imprégné d’histoire est devenu le point de ralliement d’un cercle d’amis, tous acteurs de la scène culturelle et artistique parisienne : galeristes, décorateurs, designers, artistes, éditeurs, écrivains… Un lieu producteur de rencontres, de fêtes et d’effervescence artistique, à l’image ce qu’un temps on pouvait qualifier de « salon ». Imaginé à l’origine pour un propriétaire dandy et profondément libre, comme une sorte de garçonnière parisienne, Andrée Putman a conçu l’architecture de cet intérieur de façon totalement atypique et anticonformiste.

Pensé comme une fantasmagorie, voir comme un exercice de style, il invite à se pencher sur les détails, ludiques et conceptuels. Tout est déconcertant dans cet appartement : la circulation et les volumes, l’association des matériaux riches et pauvres, les tables d’architectes de part de d’autre de la spectaculaire cheminée en marbre, la longue coursive en métal qui dessert l’interminable bibliothèque, la cuisine pensée comme une cabine de bateau ouvrant sur l’immense terrasse aux allures de paquebot, la mythique baignoire Putman aux pieds boule sur la mezzanine…