MANUFACTURE ROBERT FOUR

LE TISSAGE TRADITIONNEL D’AUBUSSON, ENCORE CONNU SOUS LE NOM DE POINT PLAT OU POINT RAS, S’INSTALLE SUR UN MÉTIER DE BASSE LISSE, DONT LE CARTON, GLISSÉ DANS LA CHAINE DE COTON OU DE LIN, GUIDERA LE OU LES LISSIERS. C’EST INDIFFÉREMMENT UN TAPIS, UNE TAPISSERIE OU UN TISSAGE MOBILIER, QUE LA MAGIQUE TOMBÉE DE MÉTIER RÉVÉLERA.

Il s’agit bien de ce savoir-faire français, que l’Unesco a classé récemment dans son patrimoine immatériel, après avoir inventorié à la manufacture Robert Four, les valeurs et gestes déontologiquement préservés. La Manufacture Robert Four a aussi preservé le point noué des tapis de Savonnerie et reste le seul à savoir et à pouvoir tisser des commandes d’exception. Pour prolonger l’histoire d’un métier de femmes, les artisanes dites «velouteuses» transmettent et forment une nouvelle génération au sein de la manufacture. Au-delà de ce savoir-faire rare, c’est la vision d’un lissier contemporain qui anime depuis plus de 50 ans, la rigueur et l’amour de chaque geste de ses artisans, qu’ils soient teinturiers, cartonniers, couturiers, restaurateurs, ou lissiers et velouteuses. Chez Robert Four, on tisse chaque tapis et chaque tapisserie comme une œuvre d’art unique. Toute création commence par un carton, toujours réalisé à la main car il sera le témoin, tout au long de la réalisation de la main de l’artiste. Puis vient le choix des fils, des couleurs, des mélanges de couleurs, des techniques de teinture : les unis, les tavelés… Une large bibliothèque de près de 1000 couleurs de laine, de soie, de coton, de bambou… Le nom d’Aubusson véhicule l’histoire artistique de plusieurs siècles et la manufacture Robert Four en fait son histoire personnelle et embrasse la scène artistique contemporaine.
Le 11 juillet dernier avait lieu au sein de la Manufacture Robert Four à Aubusson, la Tombée de Métier de la première tapisserie de Pierre Marie, « Ras El Hanout ». Dans le langage du tissage, la « tombée de métier » est cet instant magique et solennel où l’œuvre achevée est détachée du support qui a permis sa fabrication : l’artiste qui a dessiné le carton et l’artisan qui a œuvré de ses mains découvrent ensemble le fruit de leur travail… Après sept mois de tissage, l’œuvre que Pierre Marie a patiemment élaborée en étroite concertation avec la manufacture aubussonnaise fut révélée sur les bords de la Creuse. Au mois de septembre, cette tapisserie sera revelée au grand public à deux occasions. Tout d’abord au sein de l’exposition inaugurale de la galerie de Pierre Marie, inaugurée le 6 septembre à Paris en marge de la Design Week, avant de rejoindre l’Italie. En effet, dans le cadre de l’exposition Homo Faber, consacrée à la quintessence des Métiers d’Art européens, la tapisserie Ras El Hanout sera présentée à Venise au sein de la Fondation Cini du 14 au 30 septembre.